Un sport de plus en plus populaire, l'Europe qui grandit et des Américaines toujours aussi intouchables

Pierre Ghislain
Pierre Ghislain
| 0 réaction
Un sport de plus en plus populaire, l'Europe qui grandit et des Américaines toujours aussi intouchables

Il y a tout juste une semaine, les Américaines ont décroché leur quatrième sacre mondial, au terme de la Coupe du monde la plus médiatisée de l'histoire!

Les émotions derrière, retour sur le bilan du Mondial 2019. Une Coupe du monde qui aura marqué les esprits: de Paris à Lyon en passant, évidemment par Valenciennes, où l'armada orange a régalé à plusieurs reprises! 

La réussite française

La France s'était fixé un fameux défi: organiser la plus grande Coupe du monde de l'histoire. Et si sur le terrain, les Américaines ont mis fin au rêve bleu, force est de constater que la France a assumé sa mission avec réussite! En moyenne, les stades ont été remplis à 75% durant cette Coupe du monde et la France a aussi battu son record: 57.900 spectateurs pour la finale entre les USA et les Pays-Bas, du jamais vu dans l'hexagone! 

Des chiffres d'audience fous 

Mais le plus grand succès de cette Coupe du monde 2019, c'est surtout devant le petit écran qu'il a trouvé sa place. Selon la FIFA, ce sont plus d'un milliard de personnes qui ont assisté aux différentes rencontres de cette Coupe du monde, c'est beaucoup plus qu'il y a quatre ans (850 millions). 

Les USA trônent sur le Monde

D'un point de vue purement sportif, en revanche, pas de surprise: super favorites, les Américaines ont marché sur cette Coupe du monde. Elles ont sans doute souffert durant la phase finale, mais elles y sont encore arrivées: avec quatrième titre mondial, un deuxième consécutif, les Américaines confirment que leur marge sur la concurrence est encore très grande. 

L'Europe s'en rapproche

Pourtant, le Vieux Continent n'avait jamais paru aussi fort que cette année. Sept nations européennes en quart de finale, c'était du jamais vu et ça montre que le foot féminin est en net progrès en Europe. Mais la France, l'Angleterre et les Pays-Bas ont tout de même dû se rendre à l'évidence: il n'y avait rien à faire contre le Team USA, cette année. Revanche et changement de programme dans quatre ans? 

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos