Interview Yuna Appermont, un retour au Standard ambitieux : "La Ligue des Champions à Sclessin, c'est inoubliable"

Redaction
| 0 réaction
Yuna Appermont, un retour au Standard ambitieux : "La Ligue des Champions à Sclessin, c'est inoubliable"

Il y a dix jours, la section féminine du Standard annonçait son premier transfert entrant pour la prochaine saison : Yuna Appermont, jeune milieu de terrain partie deux ans au Racing Genk,... pour finalement mieux revenir.

Avec le Standard, la joueuse de désormais 22 ans a déjà dégusté le champagne à plusieurs reprises. Trois titres nationaux, une Coupe de Belgique, le goût de la Ligue des Champions, le tout aux côtés de grands noms du football belge, tels que Davina Philtjens ou Tessa Wullaert.

"La Ligue des Champions à Sclessin, un moment que je n’oublierai jamais"

Parmi tous ces moments inoubliables, "le match de Ligue des Champions contre Francfort reste le meilleur souvenir" se remémore Yuna Appermont. "La Ligue des Champions à Sclessin, contre une grande équipe du foot féminin, avec de nombreux supporters présents, c’était incroyable. J’étais une jeune joueuse, mais je n’oublierai jamais ce moment".

Si les Liégeoises ont perdu leur hégémonie sur le football belge, elles n’en restent pas moins la deuxième meilleure équipe du dernier championnat, et les finalistes de la Coupe suspendue. La nouvelle venue sait donc qu’elle devra se donner à fond, les quatre entraînements et les séances physiques hebdomadaires durant, pour s’assurer une place de titulaire. "Je sais que je devrai travailler dur pour trouver une place dans l’équipe. Je me donnerai toujours à fond pour réaliser de bons résultats collectifs et préserver une bonne ambiance".

Sacrifices, passion et reconnaissance

Mais, la chance de pouvoir exercer sa passion au plus haut niveau ne l’empêche pas de revendiquer plus d’attention et de suivi. La Red Flame rêve de stades toujours plus remplis, et appelle à une médiatisation plus importante de la Super League, notamment : "J’espère que le foot féminin va poursuivre son évolution. Cela passe certainement par une plus grande attention de la part des médias".

"Et pourquoi pas, suggère-t-elle, diffuser un résumé de nos matchs à la TV ? En tout cas, je rêve que la différence de traitement entre le foot masculin et le foot féminin s’amenuise quelque peu. De plus en plus de passionnées du ballon rond réalisent d’énormes sacrifices. C’est une bonne chose, je suis pleine d’espoir pour l’avenir".

Des sacrifices, elle en fait chaque jour. Appermont espère terminer ses études en juin, avant de chercher un boulot. Une vie bien chargée, même pendant le confinement : "Pour le moment, je reste bien à la maison. J’en profite pour travailler ma condition physique. Je vais souvent courir, je roule à vélo. Mais aussi, je fais plus de musculation… Parce que c’est nécessaire" rigole-t-elle.

Le cocktail jeunesse – expérience

Passion, joie et efforts : rêver de la Ligue des Champions à Sclessin, ça n’a pas de prix ! La jeune belge sait que la route sera longue, et que les yeux sont surtout rivés sur le championnat : "Nous pouvons être confiantes et ambitieuses pour la saison prochaine, avec de jeunes joueuses, mais aussi suffisamment d’expérience". Et Yuna Appermont de faire référence à Charlotte Cranshoff, Maurane Marinucci, Maud Coutereels et Sanne Schoenmakers, des joueuses qu’elle a déjà côtoyées lors de son premier passage dans la Cité ardente. Celles-ci, en retour, pourront compter sur l'explosivité, le jusqu'au-boutisme et... la qualité de frappe de leur nouvelle équipière. Comme elle l'avait prouvé, en 2018, contre le rival anderlechtois : 

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus d'infos

Plus d'infos