Professionnalisation et augmentation de budget, le Standard Femina veut revenir sur le devant de la scène
Alexandre Fiammetti
Alexandre Fiammetti
| 0 réaction

La direction du matricule 16 a expliqué les changements apportés à la section féminine afin de pouvoir renouer avec les succès d'antan.

Après avoir évoqué la finale de la Coupe de Belgique (à lire ICI), le Standard Femina a abordé le processus de professionnalisation qui débutera dès la saison prochaine en bord de Meuse. "Nous n’allons pas mettre toutes nos joueuses sous contrat”, prévient la directrice générale du foot féminin au Standard, Ingrid Vanherle. "Nous allons passer de 4 à 5 entraînements par semaine dont 3 séances en matinée. Nous avons constaté que les journées de nos joueuses étaient trop remplies entre l’école, les entraînements le soir et le boulot. Cela veut dire qu'elles n'ont pas le temps de bien se nourrir ou de se reposer, ce qui impacte la performance. C'est un gros changement, mais ce nouveau timing a été adopté en interne par toutes les joueuses sauf pour une avec laquelle on va s’organiser pour trouver une solution", a précisé la dirigeante liégeoise.

Après avoir régné sur le foot féminin en Belgique avec sept titres consécutifs entre 2011 et 2017, Le Standard Femina n'a plus remporté le moindre trophée hormis la Coupe en 2018. "Notre dernier titre date de 2017 et nous devions donc trouver un moyen de pouvoir renouer avec le succès. Nous devions donner la possibilité à nos filles de s'entraîner de façon optimale. C’est un gros changement et nous espérons que d’autres clubs nous suivront vers cette professionnalisation", a-t-elle ajouté.

Ingrid Vanherle a ensuite mentionné les autres nouveautés. "Nous allons intégrer un élément féminin au sein de notre staff comme c'est le cas au sein des grands clubs étrangers. C'est un véritable plus et nous sommes actuellement en contact avec quelqu'un en Belgique. Nous allons également mettre l’accent sur les cycles menstruels. Je suis persuadée que cela a une influence directe sur les prestations de certaines filles. Cela est d'ailleurs confirmé par des datas. Notre préparateur physique, Carlos Rodriguez, participera d’ailleurs à une conférence la semaine prochaine à Rome à ce sujet. Nous allons mettre également l'accent sur la nutrition. Depuis cette année, nous avons une nutritionniste dans notre staff pour guider et aider nos filles. Nous ne voulons pas rester à l’arrêt et nous voulons avoir une longueur d’avance sur nos adversaires. Nous espérons aller chercher ce titre la saison prochaine", a conclu Ingrid Vanherle.

"Il y aura une augmentation de budget qui suivra. Nous espérons également augmenter les revenus autour de l'équipe féminine avec le sponsoring. La saison prochaine, c'est la Pro League qui se chargera de l'organisation du championnat féminin. Plusieurs étapes se mettent en place et chacun doit jouer son rôle", a précisé Pierre Locht, le CEO des Rouches.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Recevez les articles de votre équipe préférée par mail

Plus de news

Plus de news