Les Red Flames sont déjà à un tournant de leur campagne qualificative pour le Mondial

Rémi Mastromonaco
| 0 réaction
Les Red Flames sont déjà à un tournant de leur campagne qualificative pour le Mondial

Après l'énorme claque infligée à l'Arménie (19-0), notre équipe nationale féminine reçoit la Pologne. Un adversaire d'un tout autre niveau que nos Flames devront bien gérer pour rester dans la course à la qualification.

Les Red Flames arrivent déjà à un tournant décisif de leur campagne qualificative en vue du prochain Mondial. Les dames d'Ives Serneels sortent d'une énorme victoire 19-0 contre l'Arménie mais ce mardi, ce sont les Polonaises qui retrouveront notre équipe nationale.

A l'aller, la Belgique n'avait pas pu faire mieux qu'un match nul 1-1 en Pologne. Et cela aurait pu être pire si Janice Cayman n'avait pas égalisé à dix minutes du terme. Il faut dire que l'équipe polonaise n'était pas réellement attendue dans ce groupe. Mais après cinq rencontres (dont un match nul 1-1 contre la grande favorite du groupe, la Norvège), la Pologne affiche un solide bilan de 11 points sur 15 avec seulement deux unités de moins que la Norvège, actuelle première du groupe.

Sauf énorme retournement de situation, les Norvégiennes devraient accrocher la 1ère place directement qualificative pour le Mondial. La deuxième place devrait donc se jouer entre la Pologne et la Belgique. Ce mercredi, nos Flames ont une occasion en or de s'emparer de la deuxième place du classement (qui permet une accession pour les barrages qualificatifs). Pour cela, elles doivent gagner car en cas de défaite, elles seraient reléguées à quatre points des Polonaises qui hypothéqueraient nos espoirs de qualification pour la Coupe du Monde.

Un bloc compact et organisé

Lorsque l'on analyse l'effectif polonais, aucun joueuse ne sort vraiment du lot si ce n'est l'attaquante Ewa Pajor qui est absente. Une bonne nouvelle selon notre sélectionneur : "Si on me demande si je préfère jouer la Pologne avec ou sans Pajor, il est sûr que j'aime mieux sans", a-t-il déclaré en conférence. L'organisation est la force principale de l'équipe de l'entraîneuse Nina Patalon. En cinq rencontres, elle n'a inscrit que six buts et n'a jamais marqué plus de trois buts malgré avoir affronté des équipes comme l'Arménie, l'Albanie ou encore le Kosovo. Par contre, elle est une vraie forteresse : elle n'a encaissé que deux buts (un contre nos Red Flames et contre le Kosovo).

Ce mardi, il faudra donc s'attendre à voir une équipe compacte qui ne laissera pas d'espaces à nos éléments offensifs. A elles de faire parler leurs talents afin de faire sauter le verrou. Nos Flames auront l'avantage, à elles d'en profiter pour continuer à avoir le Mondial dans le viseur.

Corrigeer
Une erreur dans l'article ci-dessus? Annoncez le ici!

Plus de news

Plus de news